22
mai 2017

Le sport dans l'Antiquité

Rédigé par Pauline T   Aucun commentaire   Mis à jour le  14/11/2017

Sport dans l’Antiquité :

 

Premiers Jeux olympiques en -776 dans la ville d’Olympie en Grèce. Pendant cette période, les

cités participantes ne devaient pas se battre entre elles.Il s’agissait d’une période de paix.

 

Le pentathlon est un regroupement de 5 disciplines sportives. C’est d’ailleurs de là que vient le

nom de l’épreuve. En 708 avant J.-C , le pentathlon est introduit aux Jeux Olympiques la même

année que la lutte . Lorsque une personne gagnait les trois premières épreuves du pentathlon à

savoir le saut en longueur, le lancer de disque et le lancer de javelot elle était automatiquement

déclarée vainqueur des deux dernières épreuves sans que celles-ci n’aient lieu.

 

 

Course :

Dromos : C’est une course à pied d’une longueur de stade ce qui équivaut à environ 180m. Il

s’agit d’une des 5 épreuves du pentathlon.

 

 

 

Diaulos :C’est une course à pied de deux longueurs de stade soit environ 360m

Il s’agit d’une course en armes . Les coureurs courent avec leur casque, bouclier, jambières et

épée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dolichos : Il s’agit d’une course de fond. On retrouvait cette épreuve dans toutes les

compétitions sportives. A Olympie, l’épreuve consistait à faire 24 tours de stade ce qui équivaut

à environ 4200-4500m

 

 

 

 

 

 

 

Combat :

Lutte : Il s’agissait d’un sport plus populaire que la course dans l’Antiquité. Les combats avaient

lieu sur un terrain recouvert de sable.On tirait son adversaire au sort grâce à une urne

contenant des tuiles portant des lettres de l’alphabet. S’il y avait un nombre impair de

participants une tuile vierge était ajoutée (la personne qui la tirait ne combattait pas). Il s’agit

d’une des 5 épreuves du pentathlon.

 

 

 

 

 

Pancrace : C’est un sport où tous les coups sont permis mais il ne faut pas mordre. Les coups

au visage sont réglementés il n’y avait pas d’équipement contrairement au pugilat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pugilat : C‘est l’ancêtre de la boxe. La tête est protégée et on porte des lanières de cuir avec

des pointes de métal accrochées dessus sur les mains.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lancer :

Lancer de disque : Vient du grec δισκος /dískos qui signifie objet que l’on jette au loin.

Ce sport consiste à lancer un disque de bronze de 1 à 4 kilos car il n’y avait pas de

réglementation sur le poids des disques lors des compétitions.C’est une des 5 épreuves de

pentathlon. A l’origine, il s’agissait d’une discipline militaire qui était l’ancêtre de l’artillerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lancer de javelot : On lance un morceau de bois d’environ 1,6m avec une extrémité aiguisée ou

muni d’une pointe en métal. Avant d’être un accessoire sportif, il s’agissait d’une arme. Le but

de ce sport est de lancer le javelot le plus loin possible dans une direction demandée et non de

toucher une cible. Il s’agit d’une des 5 épreuves du pentathlon.

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres :

Saut en longueur : c’est la succession de 5 sauts sans élan. On commence sur un sol dur puis

on atterrit sur un sol plus meuble. Les athlètes avaient des haltères pour augmenter la longueur

de leurs sauts. Ces poids pesaient entre 1 à 5 kilos. Il s’agissait de demi sphère percé pour

pouvoir y mettre les mains. Il s’agissait d’une des épreuves du pentathlon des Jeux Olympiques

antiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Course de chevaux : épreuve des jeux olympiques antiques qui se déroulait dans le cirque.

 

 

Course de chars : divertissement très populaire à Rome qui se pratiquait dans le Circus Maximus.

Sous Auguste, le cirque pouvait accueillir 150 000. Les courses de chars étaient réservées aux

citoyens. Les courses commençaient par un défilé des équipes (pompa) qui concourraient pour

le prix. A l’origine, il y avait 4 équipes qui représentaient des saisons (vert :le printemps ;

rouge :l’été ; blanc :l’automne et bleu :l’hiver). Mais après sous l’Empereur Domitien, on rajouta

la couleur pourpre et la couleur or. Le conducteur du char (l’aurige) portait une tunique courte,

des lanières de cuir sur la poitrine, des jambières et un casque. La course commençait quand le

président jetait une serviette blanche (mappa) dans le cirque. On courait l’épreuve dans le

sens inverse des aiguilles d’une montre. Il y avait beaucoup de morts pendant cette épreuve car

une fois tombé du char, l’aurige qui y était accroché se faissait traîner sur la piste de course s’il ne

réussissait pas à couper le lien à l’aide d’un petit couteau qu’il portait toujours sur lui. Le vainqueur

de la course sortait par la porta triumphalis alors que les autres sortaient par la porta libiteneusis.

Les vainqueurs devenaient des héros et on construisait des statues en leur honneur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Combat de gladiateurs : Le mot gladiateur vient du latin gladiator qui signifie combattan à

l’épée. En -105, les combats de gladiateurs deviennent publics. Lorsque les gladiateurs entraient

dans l’arène, ils saluaient le prince en disant la phrase " Ave Caesar morituri te salutant "

Bonjour César ceux qui vont mourir te saluent. Lors des combats de gladiateurs, le public était très

excité (comme aujourd’hui dans un stade de foot) et il leur arrivait même de hurler dans

l’amphithéâtre ,lorsque les gladiateurs tombaient , des phrases comme "Jugula" Égorge-le. L’arbitre

des combats était habillé en blanc pour que l’on puisse le différencier des gladiateurs. Le vaincu

n’est pas toujours tué parce que la formation des gladiateurs est longue et coûteuse. Le gladiateur

est formé dans une école appelé Ludus. Elle appartient à des lanistes. Si un gladiateur fait un beau

combat il peut recevoir la rudis (dague) qui lui rend sa liberté. Auguste interdit les combats de

gladiateurs se soldant par la mort de l’un d’eux car on ne lui accorde pas de grâce (misso). Au IV

ème siècle Constentin met en place des restrictions sur les combats qui n’auront pas de réel effet

avant la fin du siècle.

 

 

- rétiaires :

Le rétiaire combait habituellement le mirmillon puis il change d’adversaire pour le sécutor qui sera

par la suite remplacé le scissor. Son équipement était composé d’un filet (reta), dans sa main

gauche il avait un trident qui faissait entre 1,6 et 1,7 m et un poignard.

Son bras gauche était protégé par une manica (protection de cuir) au bras gauche qui lui

montait jusqu’à l’épaule pour protéger le cou et la tête.

 

 

 

- samnites :

son équipement est composé d’un casque, d’une épée et d’un long bouclier rectangulaire et d’une

protection à la jambe gauche appelé ocrea. Il combattait avec le Provocator.

-thraces

Il est équipé d’un casque, d’une dague recourbée (une sica supina ), d’un petit bouclier carré et des

ocreas (protection pour les jambes).

 

Il combattait l’hoplomaque et le mirmillon. Son nom et son équipement viennent d’un peuple les thraces

qui ont été battus par les romains.

 

 

-mirmillons ou gaulois :

Il est équipé d’un casque , un glaive, un bouclier long appelé scrutum, d’ocrea sur les deux jambes et

de protection en cuir et en métal sur le bras droit ( manica ). Le mirmillon est le gladiateur le plus

lourdement équipé.

 

 

-secutor :

Il a le même équipement que le mirmillon c’est à dire : un glaive un scrutum, des ocreas et une manica.

La seule différence est qu’il possède un casque qui protège mieux des coups de trident et du filet du

rétiaire qui est son principal adversaire. Le secutor est un nouvelle version du mirmillon qui était à

l’origine l’adversaire du rétiaire car celui ci était désavantagé par son arme trop longue qui se prenait

dans le filets.

 

 

-scissor :

Il s’agit d’un type rare de gladiateur qui apparaît au I siècle après J-C. Le scissor ne possède pas de

bouclier mais a une armure presque complète. Il a un casque et la même dague que le secutor. Il

possède un manchon sur lequel est montée une demi-lune tranchante lui permettant de trancher le filet

du rétiaire.

 

 

 

 

-hoplomaque :

Il s’agit de l’adversaire principal du mirmillon avec le thrace.

Il est équipé d’un petit bouclier rond ( parma ), d’une dague recourbée ( sica ), d’une courte lance,

d’ocrea (jambières) hautes au deux jambes et d’un casque semblable à celui du Thrace.

 

 

 

 

-provocator

Au Ier et II ème siècle tous les gladiateurs commençaient leurs carrières comme provocatores.

Ce type de gladiateur entamait les combats de l’après-midi.

Il était équipé d’une dague, d’un casque fermé sans crête, d’une protection pectorale et d’un

bouclier de taille moyenne qui était son arme principale.

 

 

 

 

 

 

-equite :

Ce gladiateur combattait à cheval. Il avait une tunique courte, un casque à visière et un petit

bouclier . Il avait aussi une lance et une épée courte car certaines fois les combats finissaient à pied.

Les equites combattaient entre eux.

 

 

 

-sagittarius :

Il combattait contre des autres sagittari avec un arc et était protégé par une manica au bras droit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Naumachie : Le mot naumachie vient du grec ναυμαχία / naumachía qui signifie combat naval.

Les naumachies étaient des reproductions de batailles navales célèbres que l’on organisait sur

ces points d’eau déjà existants, des retenues d’eau artificielles ou encore dans un amphithéâtre

rempli d’eau pour l’occasion.

On en organisait exceptionnellement. Les acteurs de ces batailles navales étaient des

gladiateurs et des criminels déguisés avec des costumes historiques. Les premières naumachies

étaient celles de Jules César en -46 , celle d’Auguste en -2 et celle de Claude en 52 qui a eu

lieu sur le lac Fucin. Pour la reconstitution il y avait 2 flottes composées chacune de 50 navires.

Tous les participants étaient des condamnés à mort . Elles ont toutes les trois eu lieu au même

siècle. Par la suite il y a eu de plus en plus de naumachies dans l’empire romain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot xissl ? :